Luc Arbogast

Proposé par Kaphee

Magnifique.

Vous aviez déjà lu/entendu ce mot dans des livres/conversations sans encore jamais n’avoir eu l’occasion vous-même de ressentir quelque chose d’assez puissant pour l’utiliser à votre tour ?

Et bien le temps est venu de pouvoir le faire.

Luc Arbogast, rencontré au Festival du Spectacle Historique, dans lequel il était plusieurs fois en représentation durant le week-end, de manière formelle (sur scène) comme informelle (au milieu de la foule).

Il est physiquement impressionnant, de ceux que l’on voit venir de loin. Grand, baraqué, tatoué, piercé, crâne rasé, tout de noir vêtu, colliers et boucles d’oreilles en métal, grelots aux chevilles…

Mais c’est alors qu’il se met à chanter et que le contraste entre son apparence et son filet de voix de contre-ténor vous fige dans une extase sans nom.

Enfin sans nom, si : « Stella Splendens » particulièrement et en me retenant de n’en citer qu’une, dans un mélange qui se veut folk/lyrique/religieux, jouant de la mandoline et accompagné de tambourins. Ça vous crève les tympans, les yeux et le cœur. Puis tous les organes par ailleurs.

Avec ça, entre deux chansons, il trouve encore le moyen de se montrer aussi drôle et accessible que possible, sans que ça n’entache en rien le côté solennel/sacré/spirituel de ce que vous entendez.

Devant un homme pareil on ne peut que s’agenouiller et se taire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s