Rien à déclarer : il est bien ce film

Ne reculant pas devant l’adversité, je viens de mater à l’instant le second film de Danny Boon : Rien à déclarer. Pensant voir un navet monumental et un peu lourd comme Bienvenue chez les Ch’tis : j’ai été agréablement surpris.

Spoil à fond à partir de maintenant !!!

Dans mon souvenir, je ne crois pas que ce film ait aussi bien marché que le premier, malgré une publicité importante. Mais bon, on s’en fout. Alors pourquoi qu’il est bien ce film ?

L’histoire.
Le scénario est basique et la fin prévisible. Nous sommes en 1993, la frontière franco-belge va être ouverte (comme pour le reste de l’Europe), les douanes vont être fortement réduites et les douaniers des deux frontières vont devoir travailler ensemble. Le hic est que Poelvoorde est un gros con de nationaliste belge haïssant au plus haut point les français. De l’autre côté, vous avez Boon qui est amoureux de la sœur de Poelvoorde, mais en cachette. Lors de l’ouverture des frontières, les deux compères douaniers vont devoir travailler en équipe et sauver l’Europe des méchants trafiquants de drogue. Bien évidemment, ils arrêtent les vilains méchants et Boon aura l’autorisation de se marier avec la sœur de Poelvoorde !

L’humour.
A défaut du précédent film de Boon, l’humour n’est pas trop beauf et on rit facilement aux vannes un peu lourdes. Certes, le fait que je sois un fan de Poelvoorde facilite les choses. Il joue très bien son rôle de gros raciste belge et a des mimiques de taré.

La géographie et l’astronomie.
On apprend que les frontières peuvent être modifiées uniquement par le déplacement des panneaux les indiquant. Ainsi que les étoiles sont belges, qu’elles font le tour de la terre la journée et qu’elles reviennent en Belgique le soir pour dormir. Concitoyens français, je vous rassure de suite. Nous avons négociés avec les belges pour avoir le soleil.

Le sexe.
Le sexe est souvent présent dans le film, que ce soit par les tenues affriolantes des femmes (cf. les jupes de la tenancière du No man’s land). De plus, on voit les tétés de la sœur de Poelvoorde dans la scène ultra porno avec Boon.

La violence.
Verbale dans un premier temps avec les insultes racistes de Poelvoorde, les blagues belges racontées par les français et les jugements à l’emporte-pièce.
Physique dans un second et dernier temps avec les scènes de combat entre les deux acteurs principaux. De plus, les armes à feu sont beaucoup utilisées que ce soit pour tuer des méchants ou des français.

Les cascades.
Le film est rempli de cascades dignes des States of les Etats-Unis. Notamment avec la super R5 est tunée à donf’ dépassant les voitures de courses en un rien de temps.

La morale.
La principale est la tolérance et le respect de l’étranger. Au fur et à mesure du film, Poelvoorde apprend à faire confiance à Boon, voire même à l’aimer en lui donnant sa bénédiction pour épouser sa sœur.

La drogue, c’est mal et ça rend con. Les méchants trafiquants sont cons comme leurs pieds et se font arrêter à la fin du film.

L’amour triomphe toujours ! A la fin du film, après que Boon a essayé de violer la sœur de Poelvoorde dans la salle de bain-wc du père de ce dernier, il a le droit de l’épouser. (Ils sont comme ça les belges !)

Conclusion.
Comme je l’ai dit au début de l’article, j’ai été agréablement surpris par ce film. L’humanisme et l’humour sont très bien dosés. On sent enfin que Boon n’a pris la grosse tête après les Ch’tis et nous donne une comédie française agréable à regarder. Certes les clichés peuvent faire peur et la fierté franco-française est de mise. Mais le jeux des acteurs et surtout de Poelvoorde et des seconds rôles allègent le tout.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s