Le pigeon de Paris

A chaque visite de Paris, j’ai toujours fait attention à la forte densité de pigeons (80.000 pigeons, soit 1 pigeon pour 25 habitants). Ça remonte à mon enfance, pour n’importe quel pique-nique pris en plein-air lors de la visite de la capitale, une foule de convives à plumes était toujours là pour prendre sa part de bouffe, comme un jour où on était assis à côté du Passe-Muraille, sandwich en main, et qu’avec mon frère on leur avait tous trouvé un surnom : « Tiens regarde lui c’est Robocop, et lui là avec le gros bec mal-formé c’est Mâchoire d’Acier. Allez, chope ce bout de salade Robocop ! ». En fait c’qui était fun, c’était de les voir se battre jusqu’à la mort pour ce fameux bout de salade. Quinze ans plus tard, c’est sur les marches de l’Arche de la Défense que je m’amuse à jeter les frites de Macdo pour les voir dévaler les marches à toute vitesse et, dans le meilleur des cas, se péter la gueule, ce qui est plutôt rare pour un oiseau.

Bon c’est vrai, il y a des pigeons dans toutes les villes, mais ceux de Paris ont vraiment la classe, notamment dans l’art de chier en masse à certains endroits. Voyez par exemple ces photos de voitures que j’ai pris la dernière fois que je me suis arrêté à Paris :


La recherche « pigeon voiture » sur Google donne des résultats bien plus convaincants.

Le caca de pigeon, ça représente des kilos de matière verte et marron et blanche qui s’abattent chaque jour sur la ville, au point de créer une nuisance majeure nécessitant la création de lois liberticides qui ont pour but de t’empêcher de jouer avec la nourriture et ces merveilleux volatiles crotteurs quand tu te fais chier dans la rue avec ton grec entre les mains. Merci quoi !

Il y aurait même des gens qui aiment ces petites bêtes au point de sortir la nuit pour aller les nourrir et ainsi éviter de se prendre une amende de 450 €. Par ailleurs, les pigeons sont de très bons physionomistes, ils reconnaissent illico les gentils et les méchants, et ce rien qu’avec les traits du visage. L’expérience a été menée par des étudiants à Paris. Deux types allaient chaque jour au même endroit, l’un pour nourrir les pigeons, l’autre pour les faire chier. Et un jour, ils se pointent en imperméable, et en effet, les pigeons ont fuit le connard et sont allé vers le grand nourrisseur. Un peu comme les gosses quand ils voient se pointer un type en imper qui a l’habitude de leur donner des bonbons.

A part les nourrir, il y a aussi la possibilité de jouer à lance-pigeon.

Par contre, je vous déconseille de les capturer en vue de les cuisiner, car les pigeons de ville picorent sur les toits et accumulent donc des matières comme le plomb ou le zinc dans leur petit corps. Votre santé sera menacée, à moins que vous aillez un système digestif de roumain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s