Laissez-moi lui mettre une claque dans la gueule

Je sais, les enfants sont innocents, les enfants apprennent, les enfants découvrent… En attendant, c’est dingue ce qu’ils peuvent être chiants !
Je viens de prendre le métro et rien que là, j’ai eu des envies de meurtres. D’abord la vieille qui laissait son coude sur mon dossier de strapontin, à qui j’ai rêvé un instant de lui briser l’épaule. Mais juste après ont suivi les jeunes mamans de 25 ans et leurs gosses de 6 ans, bousculant tout le monde à grands coups de « Pardooooon, pardoooooon ! » faussement voulus juste pour se coller devant les vitres (ceci, dans les rames où pour être près de la vitre, il faut être assis, en fait). Avec sa frangine, ils gueulent, et malgré les histoires amusantes de la IIIe légion (excellente saga en mp3, d’ailleurs) qui me divertissent les oreilles via un casque coupant du monde, je les entends très bien, et je fixe intensément les tunnels, pour éviter de me lever et de gueuler sur la mère qui n’en a strictement rien à foutre de ses chiards. D’ailleurs, je lui donne à peine 25 ans, à la nana. Sûrement une erreur de jeunesse, mais mal assumée, pour le coup. Bien, bien. Je tiens le coup.

C’est ma station. Je sors, devancé par un jeune ado et son pote, en train d’ostensiblement jouer à la PeuSeuPeu devant tout le monde. Il la garde devant lui, à portée de choure, même dans l’escalator. Je passe à côté de lui en lui tapotant sur l’épaule. Il me regarde. Moi pas, je regarde devant moi. « Range-la ». Il s’exécute immédiatement, comprenant que c’est un conseil qu’il vaut VITE suivre, en sortant de rame.

J’arrive enfin chez l’ophtalmo. Heureusement pour mon ulcère virtuel, et hypothétique, j’ai pas pris rendez-vous neuf mois auparavant. Je déboule donc dans un cabinet, et par politesse, je range mon bordel à musique, le lecteur dans le sac, et le casque pliable (plié, donc), dans son étui. Je savais pas que c’était un cabinet de 3 ophtalmos, avec 5 secrétaires, et une salle d’attente grande, et remplie de gens. Des vieux, des chiards avec leurs parents, et des couples avoisinant les 50 ans bien ménopausés. La super fête du slip. Je suis le seul « jeune », dans la salle, et je regrette très vite d’avoir enlevé mon caisson d’isolation sensoriel portatif. En même temps, si je veux entendre, quand on m’appelle, et ne pas perdre des précieux instants de malaises à ranger mes câbles, j’ai pas le choix. Déjà, je suis agacé par les deux quinquas à ma gauche qui ne font que maugréer parce qu’on passe tout le temps avant eux, selon leurs dires. Ne pas comprendre qu’à 3 docteurs différents, ordre de consultation différent, c’est indigne. Même pour un CM1. Alors, un peu de tenue, bordel !

A côté d’eux, ou plutôt devant, et par terre… bref, au milieu de la salle d’attente, une maman et sa gamine de 2 ans. La gamine passe son temps à jouer avec des jouets pour enfants en bas âge (comprenez que si elle arrive à avaler les pièces, elle a une grande carrière dans le porno à gorges profondes qui l’attend dans 16 ans)… Devant une maman qui dit quand elle tape avec sur un parquet qui résonne dans une salle faisant 4 mètres de haut « non, arrête, c’est pas bien », avec la même ferveur que Vincent Delerm (chais pas comment ça s’écrit) qui aurait pris de la kétamine et du myolastan par paquet de douze. Dans la salle d’attente, tout le monde, je dis bien TOUT LE MONDE, a les yeux fixés sur cette gamine, bruyante, et contente de son public. Ça la motive, elle se sent comme si elle faisait un Bercy (je sais de quoi que je cause, quand même, je suis bassiste, hé), alors elle donne ce que le public attend d’elle : ENCORE PLUS DE BRUIIIIIIIT !!!!! Les minutes sont longues. LONGUES. Arrive alors un nouveau challenger : il s’appelle Mathias, je vous jure, je l’invente pas. Il a 4 ans, et il est motivé, lui aussi. Il pousse fièrement la poussette bruyante à la place de sa mère qui lui dit d’un ton pas très assuré qu’il doit rester près d’elle.

Au final, j’ai pas attendu trop longtemps. La visite s’est faite vite, le toubib a regardé mes yeux, j’ai une bonne tension, et 10 à chaque oeil, ce qui est amusant, quand on connaît ma consommation d’écrans et de lumières artificielles. Merci, au revoir, et 45 €, pas encore remboursés à cause de démêlés de sécu. TOUT ÇA POUR ÇA ?

ENCULÉ !

Plus sérieusement, j’ai toujours eu un problème avec les parents laxistes comme pas permis. Les voir, ça me déclenche direct une envie de torsion cervicale devant leurs enfants, leur mettre la tronche sur leur progéniture, et leur dire en hurlant comme un zombie déchaîné : »Tu vois ce que tu fais, connasse ? C’est ça que tu vas nous laisser comme descendance ? Un connard mal élevé parce que t’as trop été occupée à lire tes textos et à faire la maman qui a déjà beaucoup de boulot-tu-comprends ? Mais c’est ta faute, ta responsabilité ! Tu as voulu ou non un enfant, tu le gères, tu l’élèves, et si tu as le temps, tu l’aimes. Mais fais en quelqu’un de correct, avant ! ». Dites vous bien que ces enfants-là, ils vont être nos futurs toubibs, serveurs, vendeurs, collaborateurs, etc… J’ai pas envie que la relève soit une bande de connards mal élevés, parce que les parents les ont nourri à la ps3, pour être peinard en regardant Desperate housemilfs sur le canapé, en 3d, sur écran géant, dolbysurroundstéréolaserquadriphasé, le tout à crédit. Je veux pouvoir compter sur la politesse des mecs avec qui je vais bosser. Je fais déjà partie de la génération Kevin, j’ai pas envie que la génération Matisse et Léa rajoute une couche à la misère sociale environnante, gavée de téléréalité navrante.

Au final, je suis rentré, via le métro jusqu’à ma voiture, en filant droit devant les débiles à scooters, les ignorant comme la peste, la haine de la race humaine figée sur mon visage, en mode « me casse pas les couilles, sinon, je t’arrache la carotide avec mes dents avant que tu n’aies le temps de me demander une clope », de la musique bourrine sur les oreilles. Une fois dans la voiture, j’ai pu me décrisper.

Bonus : voilà ce qui m’a beaucoup inspiré, et j’en ai rien à foutre que plein de gens lui vomissent dessus :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s