Insane Clown Posse et la moyennitude

La critique de BFSTCK

Les ICP revendiquent leur côté sombre et mystérieux, ayant chacun eu une enfance moyenne dans un milieu moyen. C’est ce qu’ils appellent le Dark Carnival, un univers hip hop – hard core lugubre pour deux clowns semi-obèses issus de la culture junk américaine (quand je dis junk, je parle aussi bien de la drogue que de la nourriture, ce qui aux Etats Unis est un pléonasme) qui au fond ne savent pas s’ils doivent faire peur ou faire rire un public composé lui aussi de gens moyens. Un public qui néanmoins a les moyens d’aller chaque année participer à leur festival, The Gathering Of the Juggalos. Les Juggalos, ben c’est justement comme ça qu’ils s’appellent entre eux, les adeptes de ce mouvement. A mon avis, ces gens sont trop blancs et trop racistes pour écouter du Hip Hop Black US. C’est pourquoi aux Etats Unis, Juggalos = white trashes.

Ce qui est marrant, c’est que ces deux blancs-becs ont au cours de leur carrière eu à faire à un autre blanc-bec qui est venu leur piquer une part de public :Eminem. Peut être parce que lui au moins assumait son visage trop blanc. Bref. Ils sont gansta, mais même pas violents sauf quand ils chantent. Toujours moyens quoi.

Dans le clip proposé par Zoidberg, l’idée principale est que s’il y a des phénomènes que l’on ne comprend pas car on est trop con, comme les arcs-en-ciel, les éclipses ou les aimants, et bien c’est de la magie, du miracle. Même s’il y a une explication scientifiquement et donc rationnelle, balek, c’est un miracle. De la scientologie me direz-vous ? Pas vraiment. On sait qu’ils ne sont pas demeurés, mais chercher ainsi la facilité, ça ne dit rien qui vaille quand à la culture générale de leur progéniture.


Toujours peu convaincants, ce sont vraiment des gens moyens.


Insane Clown Posse, groupe pour white trash américain.

On ne sait donc pas s’il faut les prendre au sérieux ou pas, tout comme cette propa. Plus généralement, et personnellement, j’ai écouté presque tous leurs albums, et je ne sais même pas si j’aime ou pas.

Le pigeon de Paris

A chaque visite de Paris, j’ai toujours fait attention à la forte densité de pigeons (80.000 pigeons, soit 1 pigeon pour 25 habitants). Ça remonte à mon enfance, pour n’importe quel pique-nique pris en plein-air lors de la visite de la capitale, une foule de convives à plumes était toujours là pour prendre sa part de bouffe, comme un jour où on était assis à côté du Passe-Muraille, sandwich en main, et qu’avec mon frère on leur avait tous trouvé un surnom : « Tiens regarde lui c’est Robocop, et lui là avec le gros bec mal-formé c’est Mâchoire d’Acier. Allez, chope ce bout de salade Robocop ! ». En fait c’qui était fun, c’était de les voir se battre jusqu’à la mort pour ce fameux bout de salade. Quinze ans plus tard, c’est sur les marches de l’Arche de la Défense que je m’amuse à jeter les frites de Macdo pour les voir dévaler les marches à toute vitesse et, dans le meilleur des cas, se péter la gueule, ce qui est plutôt rare pour un oiseau.

Bon c’est vrai, il y a des pigeons dans toutes les villes, mais ceux de Paris ont vraiment la classe, notamment dans l’art de chier en masse à certains endroits. Voyez par exemple ces photos de voitures que j’ai pris la dernière fois que je me suis arrêté à Paris :


La recherche « pigeon voiture » sur Google donne des résultats bien plus convaincants.

Le caca de pigeon, ça représente des kilos de matière verte et marron et blanche qui s’abattent chaque jour sur la ville, au point de créer une nuisance majeure nécessitant la création de lois liberticides qui ont pour but de t’empêcher de jouer avec la nourriture et ces merveilleux volatiles crotteurs quand tu te fais chier dans la rue avec ton grec entre les mains. Merci quoi !

Il y aurait même des gens qui aiment ces petites bêtes au point de sortir la nuit pour aller les nourrir et ainsi éviter de se prendre une amende de 450 €. Par ailleurs, les pigeons sont de très bons physionomistes, ils reconnaissent illico les gentils et les méchants, et ce rien qu’avec les traits du visage. L’expérience a été menée par des étudiants à Paris. Deux types allaient chaque jour au même endroit, l’un pour nourrir les pigeons, l’autre pour les faire chier. Et un jour, ils se pointent en imperméable, et en effet, les pigeons ont fuit le connard et sont allé vers le grand nourrisseur. Un peu comme les gosses quand ils voient se pointer un type en imper qui a l’habitude de leur donner des bonbons.

A part les nourrir, il y a aussi la possibilité de jouer à lance-pigeon.

Par contre, je vous déconseille de les capturer en vue de les cuisiner, car les pigeons de ville picorent sur les toits et accumulent donc des matières comme le plomb ou le zinc dans leur petit corps. Votre santé sera menacée, à moins que vous aillez un système digestif de roumain.

Mais pourquoi est-il si méchant ?

Le self-control, le contrôle de soi-même pour les anglophobes, c’est le truc qui t’empêche d’emplâtrer un connard qui le mérite. Normalement, ça s’apprend, mais pour certains, c’est inné, ils n’ont jamais eu de couilles.

Moi non-plus je n’ai pas acquis mon self-control, je l’avais à la naissance. J’ai pourtant essayé de me soigner sur mon grand frère, j’ai vite appris que les coups revenaient plus fort. Après quelques tentatives encourageantes au collège, j’ai compris que les supports sur lesquels je passais plus aisément mes nerfs étaient toujours matériels : un meuble, un appareil électronique, une vitre, des cailloux. Mais frapper un humain n’était pas fait pour moi.

Si je tape donc sur mon clavier, c’est pour vous parler de la dure condition du « gentil ». Je sais pas s’il y en a parmi vous, mais je peux vous dire qu’ils en chient. D’ailleurs, passé la vingtaine, le gentil traverse une période de remise en question, où il n’a de cesse de se répéter qu’il devrait être plus méchant. Le principal point de départ de cette période, c’est les premiers boulots, et la découverte de la vraie valeur d’un « collègue ».

Collègue : n. personne ayant une fonction similaire
à la sienne et exerçant dans le même lieu.

Synonymes : collaborateur, cafteur, saboteur, PQR.

Exemple : Beef, Gros et Musclé travaillent en trois huit.
Beef est nouveau et gentil, il fait de son mieux pour
rester dans la boite. Gros et Musclé sont des flemmards.
Beef range tout comme il faut. Gros (ou Musclé, mais
surtout Gros) dérange tout. Musclé va voir Beef, et lui
dit « fais attention quand tu ranges! ». Beef hausse le ton,
mais pas trop, car Musclé est… musclé.

Dans un cas pareil, le gentil met d’abord vingt minutes pour élaborer une réponse qui claque, mais qu’il ne déclamera jamais, car ce n’est plus le bon moment. Puis il s’imagine en train de tuer son collègue, ce qui le fait bander cinq minutes. Ah ! l’univers merveilleux des fantasmes…

Le gentil, ayant du mal à exprimer sa rage physiquement (autrement que par des poussées d’eczéma et autres éruptions cutanées) concentre toute son activité de révolte dans la tête, mais garde espoir en se disant qu’un jour, face à un malchanceux qui aurait osé lui chatouiller les roubignoles, il passera en mode super-guerrier et le réduira en une bouillie si fine qu’un nourrisson pourrait la boire comme du lait. Par contre, le gentil aime bien torturer les animaux, des fourmis pour les uns jusqu’à de grosses bêtes à poils pour les autres. Voila un bon moyen de reporter sa violence sur un plus faible que soi.

Gentil par-ci, gentil par-là. Il est vrai que le terme habituel serait plutôt « timide ». Maaaais… voila quoi, un timide ça n’assume pas l’usage de ce mot.

J’ai niqué pépé/mémé


Salut Sophie,

Bon écoute, ce que je peux déjà te conseiller au cas où tu aies déjà entrepris la démarche auprès de ton professeur, c’est bien de rester la plus discrète possible. D’une part, parce que j’en connais qui se sont fait virer en deux deux de leur établissement suite à des fuites concernant des rapports sexuels prof-élève (sans parler des suites judiciaires qui peuvent avoir lieu si ton daron est révolté qu’un professeur ait mis son vieux concombre dans le petit abricot de sa fillette), et d’autre part, dans un lycée, une heure suffit pour coller une réputation de pute à une élève si bonne fut-elle (encore moins grâce aux nouvelles technologies). Je sais qu’il est tentant d’en parler à tes amies qui, elles, en sont encore à leurs premiers émois avec Mathieu, Kévin et autres Sébastiens, mais sache que de nos jours la première règle de survie en société est de la fermer. Maintenant, t’es avertie.

S’il a déjà 30 ans, je pense que Philippe doit avoir un minimum d’expérience, et ce sera sans maladresse qu’il te guidera jusqu’à l’orgasme, car lui n’a plus besoin de carte pour trouver ton clito et ton point G. C’est ça de gagné sur tes anciennes aventures. Par contre, il est aussi possible qu’il ait perdu de la vigueur, chose qui peut arriver assez tôt selon le mode de vie et les consommations, notamment tout ce qui se fume (crois-moi). S’il est passé par l’université (de Lettres en plus !) il a du connaître ça, alors ne t’attends pas à sentir la base du bambou, mais plutôt la feuille au bout.

D’un point de vue anatomique, ça ne change pas beaucoup au fil des années. L’évolution est comparable à celle du visage on va dire. Pour les hommes, le scrotum s’étire avec le temps, les couilles perdent en altitude, et chose commune à quasiment tous les mecs, l’une descend plus bas que l’autre (elles ne s’entendent pas côte à côte), donc s’il-te-plaît, quand tu verras ça de tes propres yeux, évite de rigoler. Evidemment, la bite gagne en rides, comme le reste du corps. Puis si tu veux vraiment avoir un aperçu global des bites vieillissantes, t’as qu’à faire une recherche par décennies sur ce site.
Pour ce qui est des femmes, comme ton pote Yves se pose la question, c’est à peu près pareil. Ce sont pas les couilles qui pendent, mais les grosses lèvres. En plus, si la nana a eu des gosses, et qu’après les accouchements elle n’a pas suivi les cours de gym de chatte, ben comme dirait Leeloo, sa moule peut « ressembler à une vieille serpillère déformée le reste de sa vie. » En fait, le seul truc bien avec les MILFs, c’est qu’elles sucent comme des déesses. L’avantage avec une 3ème âge, bien qu’elle ait le cou fragile, c’est qu’elle peut enlever son dentier, ainsi, aucun risque de sentir les dents.

Et vous, avoir du sexe avec quelqu’un de bien plus âgé que soi, ça vous est arrivé ?

Un pour tous, un pour tous !

Je vous propose aujourd’hui ce contrat de confiance que seulement certains ont pu voir dans une précédente propa avant que celle-ci soit effacée pour des raisons… ben euh… on va dire pour des raisons d’hygiène.

Tout ceci pour lancer le débat :

Quel est selon vous le/la meilleur/e Power Ranger ? Et pourquoi ça ?

Quel est selon vous le/la meilleur/e candidat/e PS pour la présidentielle ? Et pourquoi ça ?

La meuf à Justin Bieber

C’est elle :

Selena Gomez. Elle a 19 ans, et sort avec Justin Bieber, donc. Elle est également ambassadrice de l’UNICEF depuis 2008, leader d’un groupe, créatrice de fringues (le nom de la ligne : « Dream Out Loud »), impliquée dans pleins de causes humanitaire et d’ailleurs, elle n’hésite pas à filer de la thune pour ça (jusqu’à un million de dollars… ça va quoi !),…
Une star Disney, c’est vrai mais au lieu de poursuivre sur la voie des niaiseries pour ados, on espère que « 13 Reasons Why » (le film dans lequel elle apparaîtra bientôt sur grand écran) sera un tournant plus crédible dans sa carrière.


Je vous mets une photo un poil plus récente où justement, elle a des poils donc c’est moins pédophile.

Voyez son wikipédia. En fait, c’est pas une pédale.

Qu’est-ce que t’avais accompli, toi à 18 ans ? RIEN ! Alors au lieu de te foutre de la gueule de cette mignonne petite chose qu’on dirait qu’elle a 12 ans, réfléchis un peu sur l’utilité de ta vie de merde.

Et ça, c’est sa dernière chanson. Pour toi, Miloon .

Moi, j’attends avec impatience qu’on voit des photos d’elle toute nue, comme sa copine Miley Cyrus !

L’avis de BFSTCK après courte réflexion :

En surface toute cette histoire est sans intérêt, et c’est même ce qu’on se disait en interne (« mais qu’est ce qu’ils pourront bien en dire les gens en propa ?! »). Mais bordel, pourquoi est-ce que ça fait tant de bruit ? Je veux dire, ils n’ont pas fait de duo, et pourtant les fans crient encore plus fort en pensant à eux qu’en écoutant le dernier single de JB.

Tout tient en un mot : foune.

Parce que oui, la question que se posent toutes les fans, c’est bien « est-ce que Justin il peut jouer avec la foune à Selena ? » Ce à quoi j’ai envie de répondre « mais bien sûr pauv’ connes, il a passé la majorité sexuelle depuis deux ans, et elle elle en a deux de plus que lui. C’est donc forcé qu’il ait déjà tenté de lui coller la kékette dans la foune puisqu’on a tous fait ça aux alentours des 16-17 ans. Puis si vous voulez tout savoir, Selena a aussi ses règles, comme toutes les nanas, et ce depuis bien longtemps. Oui, Selena perd du sang par la chatte, et ça arrive même sur scène, devant vous, pendant qu’elle chante. Elle n’ose pas le dire, mais ça passe quand même. Et elle fait aussi caca.

Et puisqu’aux dernières nouvelles, Selena a les ovules qui fonctionnent comme tout le monde, ça veut dire qu’ils peuvent faire un gosse, voire deux, ou plus. Mais pour ça ils attendront que vous soyez un peu plus mature, c’est à dire, quand vous serez en âge d’apprendre que JB boit de temps en temps, et pas que de la limonade. De toute façon il y aura des photos pour vous le montrer en train de baigner dans son vomis. D’ailleurs, vous remarquerez qu’on les verra moins dans Fan2, et plus dans Public, Closer, et Entrevue. Puis le jour où il la cognera parce qu’il en aura plein le nez, ça passera à la TV, vous ne manquerez rien si vous regardez les bonnes chaines. Les journaliste seront encore et toujours à l’affût. Comme pour Diana. Et mieux que ça, ils seront là pour les suivre dans leur Mustang quand soudain, en voulant éviter une moto de la NBC, Justin mettra le coup de volant fatal qui les propulsera directement dans un massif pilier de béton bien plus robuste que la Mustang, et vu l’évolution des caméras on pourra voir image par image et avec précision chaque centimètre cube de cervelle broyée jaillissant de leur boite crânienne par les divers orifices ouverts à l’occasion du choc et du froissement brutal de la carrosserie, en plus des orifices actuel qui leur servent à entendre, voir, respirer et enfin, brailler leurs paroles nauséabondes.

Bref, ils ont l’air tout mignons comme ça, mais au fond, ils vont finir comme des gros dépravés, j’en suis sûr.

Le Tag Parfait

Je ne sais pas s’il y a parmi vous de fervents lecteurs de blogs (en tout cas plus que des rédacteurs, moi en premier), mais j’ai donc voulu aujourd’hui vous parler d’un blog qui au fil du temps a pris la dimension d’un webzine. J’ai nommé Le Tag Parfait.

A la base, il y a un type. Gonzo. Ce jeune homme de 27 ans a démarré ce blog il y a un an, dans la lignée du site américain PopPorn, voyant qu’il n’y avait quasiment aucun site parlant de la culture porno dans un but autre que commercial. Comme il a si bien été décrit dans une autre présentation, « le Tag parfait explore et nous parle de ce qu’il appelle la « génération porno », celle qui baille devant une triple pénétration sur Youporn et cherche un peu de beauté dans ce monde de brutes. » Il est donc destiné à un public tel que nous qui a vécu l’explosion du porno dans sa plus grande intensité.

La génération porno, quésako ?

Ce sont les jeunes nés entre 1980 et 1990, et qui sont passé par ces différents stades :
– Le magazine porno dérobé chez tonton Bernard ;
– Le porno mensuel de canal+ regardé en cachette ou en crypté ;
– Les vidéos 8bits de 20 secondes téléchargées en 3 jours sur Kazaa ;
– Les DivX de films complets échangés entre potes. ;
– 2006, l’année zéro, arrivée de Youporn.

Le Tag Parfait s’appelle ainsi car la plupart des articles sont là pour parler des différents tags que l’on est amené à taper dans les barres de recherches des sites tels que Youporn, Redtube, Pornhub, etc. Le tag ultime étant #teenBFF, qui a lui seul regroupe tout une histoire : un threesome avec deux teens qui le font pour la première fois. Et chaque article est rédigé d’une très bonne plume soit par Gonzo soit par sa team de rédacteurs/contributeurs qui généralement en profitent pour nous faire part avec humour de leur parcours de consommateur de porno (aussi bien des hommes que des femmes). Par ailleurs l’un d’eux est un ami d’enfance (YoosF).

Les thèmes sont très variés, et sont souvent inspirés de la règle 34, « If it exists, there is porn of it« . Le site se veut être « tout sauf un site de sexo. On va pas apprendre aux gens à baiser. » On y trouve aussi des interviews, des reportages et une playmate mensuelle, généralement novice.

Je vous laisse découvrir tout ça par vous même.

Un interview de monsieur Gonzo.

En espérant que ça en inspire certain(e)s pour la rédaction d’articles sur HNR, voire la reprise à leur sauces de ceux du Tag parfait (perso moi j’ai la flemme, et puis ils sont si bien écrits et si complets). Faites ce que je dis, pas ce que je fais.